Introduction à la Microcirculation

La microcirculation est le flux sanguin à travers les vaisseaux les plus petits du système circulatoire, c’est-à-dire les artérioles, les veinules, les courts-circuits artério-veineux et les capillaires. La microcirculation existe dans tous les tissus et organes à l’exception de la cornée. Le monitorage de perfusion laser Doppler (LDPM), l’analyse du contraste à granularité laser (LASCA) et l’oxymétrie transcutanée (tcpO2) sont des techniques connues pour l’étude de la microcirculation.

La microcirculation sert avant tout à transporter les cellules sanguines et les substances comme l’oxygène vers les tissus (flux nutritif) et inversement, à favoriser la régulation de la pression artérielle et à agir comme thermorégulateur (principalement au niveau de la peau).

Le flux sanguin microcirculatoire peut présenter de la vasomotricité, c’est-à-dire des oscillations rythmiques dans le tonus vasculaire dues à des modifications dans la constriction et la dilatation des muscles lisses. Ce phénomène est contrôlé localement, mais aussi de façon systémique. Les variations se font généralement selon 4 à 10 cycles par minute (cpm), ce qui peut varier avec la température. Il est intéressant de noter que la vasomotricité diminue de façon significative en cas de microneuropathie et de greffes problématiques.

Microcirculation

La microcirculation fait également preuve d’une dynamique extrême. Dans des conditions normales, la perfusion sanguine peut varier de plusieurs milliers de pour-cents entre un doigt chaud et un doigt froid. Elle présente également de grandes variations dans l’espace et peut différer jusqu’à 100 % dans la peau de l’avant-bras si le point de mesure est déplacé d’un seul millimètre. Les mesures de la perfusion sanguine par laser Doppler reflètent cette extrême dynamique et ces grandes variations dans l’espace.

Paramètres connus pour influer sur la microcirculation :

  • Température du patient
  • Pression artérielle systémique
  • État général (stress, alimentation, médication, tabagisme, etc.)
  • Activité intellectuelle
  • Activité physique
  • Âge
  • Diabète
  • Insuffisance artérielle (réserve microcirculatoire)

« Les microangiopathies sont importantes dans le diabète et les connectivites. Dans d’autres conditions, notamment le large spectre des maladies ischémiques et l’insuffisance veineuse chronique, les lésions macrovasculaires impactent la morphologie et la fonction microvasculaires. La microcirculation est la section cible dans les deux cas et les changements à ce niveau décident de la survie ou non des tissus. »1

En raison des grandes variations normales observées dans le flux sanguin microcirculatoire, des provocations sont souvent utilisées pour faciliter l’interprétation des données. Les provocations permettent à l’utilisateur d’observer la réponse à une provocation déterminée plutôt que d’obtenir une valeur basale du flux microcirculatoire. Provocations couramment utilisées :

  • Chaleur—Dilatation maximale, capacité de réserve du tissu
  • Occlusion—Hyperémie réactive post-occlusive
  • Médicaments—Patchs, iontophorèse, injections
  • Position—Réflex veino-artériel, élévation de la jambe
  • Refroidissement—Phénomène de Raynaud
  • Électrostimulation—Stimulation des fibres C
Références

References

  • Bollinger A, Fagrell B in Clinical capillaroscopy. 1984.    
Fermer
WordPress Lightbox Plugin